Accueil » Actualité » Labels alimentaires : quelles garanties pour le consommateur ?

Labels alimentaires : quelles garanties pour le consommateur ?

Les labels alimentaires se multiplient. Comment faire le meilleur choix dans la jungle des sigles officiels ? Quels sont les labels les plus exigeants pour la santé de la planète… et des consommateurs ?

 

Devant l’inquiétude des consommateurs face aux dérives du secteur alimentaire, les marques utilisent désormais les labels pour rassurer mais aussi pour se distinguer. Pour savoir ce que vous consommez, les labels alimentaires sont de bons repères. Suivez le guide :

 

Agriculture biologique

logo ABSeul un produit contenant au moins 95% d’ingrédients issus d’un mode de production biologique peut utiliser les termes « biologique » ou « bio ».  Ce label répond à un cahier des charges européen et garantit des produits sans pesticides et sans traitements chimiques après la récolte.

Pour les produits animaux, des conditions d’élevage sont imposées : parcours extérieurs, espace suffisant dans les bâtiments, OGM et élevage hors sol interdits. Les traitements médicaux doivent être majoritairement naturels mais les antibiotiques sont autorisés.

Ce label est accordé après certification par des organismes indépendants : Aclave, Ecocert… Le consommateur peut reconnaître les produits de l’agriculture biologique grâce à deux logos :

– le logo européen (euro feuille) obligatoire depuis le 1er juillet 2010. L’origine des matières premières utilisées doit apparaître dans le même champ visuel que le logo.

– le logo français AB (marque appartenant au Ministère chargé de l’Agriculture). L’utilisation du logo AB est désormais facultative, le cahier des charges du label français s’étant aligné sur celui (moins exigeant) du label européen.

 

Bio Cohérence

Bio cohérenceDénonçant les nouveaux critères fixés par l’UE, un certain nombre d’acteurs de la filière ont décidé de créer leur propre label en 2010. Bio Cohérence propose un cahier des charges plus exigeant que celui décidé par l’Europe. Il garantit des produits bio à 100%, sans OGM. Concernant l’élevage, les animaux doivent être nourris au 100% bio,  la surface par animal et l’âge d’abattage sont plus élevés que dans le cadre du label bio européen.

 

Nature & Progrès

Nature et progrèsLa fédération Nature & Progrès rassemble des consommateurs et professionnels engagés dans l’agro-écologie.

Son label se différencie de la bio officielle par des exigences supplémentaires : fermes 100% bio, usage des fertilisants réglementé et limité, traitements vétérinaires allopathiques limités, alimentation des animaux 100% bio, sans ensilage ni vitamines de synthèse, limitation de la taille des élevages et de la densité d’animaux présents, lien au sol, etc…

 

Demeter

Demetdemeterer est une organisation indépendante. Son label, plus strict que le label bio, respecte à la fois les règles de l’agriculture biologique et celles de l’agriculture biodynamique. Dans une démarche globale, l’agriculture biodynamique est liée aux rythmes naturels (cycles de la nature et cycles cosmiques), au renoncement à toute productivité disproportionnée, au respect du vivant.

Des contrôles annuels garantissent les pratiques biodynamiques de production et de transformation des produits.

 

Label Rouge

sans-titreL’utilisation du Label Rouge atteste que le produit répond à un cahier des charges validé par l’Institut national des appellations d’origine (INAO).  Il doit se distinguer des produits similaires, notamment par des conditions particulières de production et de fabrication.

Né en 1965 à l’initiative d’aviculteurs opposés à la dérive de la production industrielle, le Label Rouge garantit surtout une qualité organoleptique supérieure. A toutes les étapes de la production et de l’élaboration, le produit doit répondre à des critères et à des exigences de contrôle qui peuvent être précisées dans des notices réactualisées périodiquement. Des tests doivent obligatoirement démontrer la qualité gustative du produit candidat au label.  Il existe en France environ 500 produits sous Label Rouge.

 

AOC et AOP

sans-titreL’appellation d’Origine Contrôlée (AOC) dépend du Ministère de l’Agriculture. L’Appellation d’Origine Contrôlée (AOP) est l’équivalent européen de l’AOC. Ces deux labels s’appliquent à un produit originaire d’une aire déterminée et garantissent les qualités du terroir d’origine et le savoir-faire du producteur.

L’AOP garantit un lien très fort du produit avec son terroir. La qualité résulte exclusivement du milieu naturel et du savoir-faire des producteurs.

En France, l’AOP concerne des vins, eaux-de-vie, produits laitiers (45 fromages, 2 beurres, 1 crème) et d’autre produits comme les olives de Nyons, les noix de Grenoble, le foin de Crau… Il existe aussi d’autres AOP européennes comme l’AOP Gorgonsola (Italie) ou l’AOP Féta (Grèce). A partir de 2016 et plus de clarté, seule la mention AOP devra être signalée sur les produits.

 

Fairtrade / Max Havelaar

Max HavelaarFairtrade / Max Havelaar France est un mouvement international de solidarité dirigé conjointement par des ONG et des organisations de producteurs.

Ce label de commerce équitable garantit un revenu minimum juste et durable aux producteurs. Il permet de financer des actions sociales en vue d’améliorer leurs conditions de vie et lutte contre le travail des enfants. Par ailleurs, les OGM et certains pesticides sont interdits et les producteurs sont encouragés à passer progressivement à l’agriculture biologique.

 

Rainforest Alliance

RainforestRainforest Alliance est une ONG internationale qui œuvre pour conserver la biodiversité et assurer des moyens de subsistance durables aux populations locales. On trouve le label Rainforest Alliance sur le café, certains chocolat, le thé, les  fruits, les fleurs coupées, le papier, les meubles.

Les produits labellisés proviennent (ou contiennent des ingrédients provenant) d’exploitations agricoles ou forestières certifiées Rainforest Alliance. Ces exploitations sont gérées selon des critères environnementaux, sociaux et économiques rigoureux visant à conserver les espèces sauvages, préserver les sols et les cours d’eau, protéger les communautés locales.

 

Attention aux faux labels :

– les « œufs de la ferme ». L’appellation « fermier »  est réglementée uniquement pour les volailles, le lait et le fromage. Traquez plutôt le chiffre imprimé sur la coquille (juste avant les lettres FR) : 0 pour un œuf bio, 1 pour les œufs de plein air, 2 pour les œufs de poules élevées au sol, 3 pour les œufs de poules élevées en cage.

– « élu produit de l’année » : ce marquage n’apporte pas de garantie sérieuse quant à la qualité du produit. Il s’agit d’un logo qui récompense avant tout l’attractivité du produit ou l’innovation au niveau de l’emballage.

– les produits « Saveurs de l’année » : ils ne répondent à aucun cahier des charges. Il n’y a donc pas d’exigence sur la recette, ni sur les caractéristiques des matières premières ou méthodes de fabrication. Ce logo distingue des produits dont le goût est particulièrement apprécié des consommateurs.

 

Bernard Clavière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *