Accueil » Actualité » Seul·e pour les fêtes ? Cette méthode simple
peut apaiser l’angoisse et la tristesse

Seul·e pour les fêtes ? Cette méthode simple
peut apaiser l’angoisse et la tristesse

Tristesse

Pour beaucoup d’entre nous, l’année qui s’achève a été difficile. Moralement, financièrement, socialement, psychologiquement.
Ou tout ça à la fois pour les moins favorisés.

Les vacances de fin d’année ont commencé et pour comble de malheur, nombreux sont ceux qui ne pourront se réunir en famille ou entre amis.
La perspective de passer les fêtes seul chez soi pourrait provoquer des ravages chez les plus faibles.

Voici une méthode efficace pour ne pas succomber à la morosité. Si au réveil vous vous dites « Je suis seul, c’est dur… » et que vous sentez l’émotion vous submerger, demandez-vous :

– Objectivement, qu’est-ce qui se passe, ou vient de se passer ?
– Quelle signification ai-je donné à ces événements ?
– Quelles autres significations pourrais-je leur donner ?
– La signification fait-elle vraiment partie intégrante des événements, ou ne se trouve-t-elle que dans ma tête ?

Exemple : en raison de la pandémie, je n’ai pas vu mes petit-enfants de 7 ans et 9 ans depuis 9 mois car ils vivent à l’étranger avec ma fille, et je n’ai pas pu aller les voir. Je me sens vraiment déprimé de ne pas être avec eux pour les vacances.

Voici le protocole pour se défaire de cette souffrance

– Que s’est-il passé ?
Je ne peux voyager pour aller voir mes enfants et petits-enfants.

– Quelle est mon interprétation de cette situation ?
C’est terrible d’être seul.

– Quel autre sens puis-je lui donner ?
Ça signifie que j’ai de la chance d’avoir une famille que j’aime et qui me manque.
Ça signifie que je suis bien heureux d’avoir eu les moyens financiers suffisants et la possibilité physique de voyager pour leur rendre visite à de nombreuses occasions dans le passé. Et que normalement, j’en aurai d’autres.
Ça signifie que la pandémie se finira bien un jour et que je pourrai à nouveau aller les voir.
Ça signifie que j’ai de la chance d’avoir un ordinateur pour parler avec eux et les voir à l’écran ouvrir leurs cadeaux.
Ça signifie que j’ai encore quelques amis par ici et que si je veux, je peux me joindre à eux, ou sortir.

Tristesse2 Ce qu’il faut comprendre, c’est que l’impossibilité d’être avec ses enfants n’a pas de signification intrinsèque, unique et définitive. C’est juste mon mental qui lui donne une signification. La signification qu’il veut.
Une fois ce processus mis en œuvre, la tristesse et la morosité ont de bonnes chances de disparaître. Être seul pour les fêtes prend un tout autre sens. Comme le disait ma mère : “ça aussi, ça passera”…

Et si les circonstances sont réellement difficiles ?…

J’ai vécu une des pires nuits de ma vie deux jours après la mort de mon mari Morty. Ce fut une sorte de « nuit obscure de l’âme ». J’ai ressenti une culpabilité atroce pour chaque moment où je n’avais pas été gentil avec lui pendant nos 34 ans de mariage. Je sanglotais du plus profond de mon âme. Ma meilleure amie était avec moi et elle est une animatrice de la Méthode Lefkoe.

Letha me demanda, « Quel sens donnes-tu à ces moments où tu n’as pas été gentille ? »

— Que j’ai été une mauvaise compagne, qu’il méritait mieux que moi. »
— Ça pourrait aussi vouloir dire que tu es juste un être humain et que personne n’est parfait.
Ça pourrait aussi vouloir dire que ces moments dont tu te souviens ont permis à Morty de grandir et devenir l’homme qu’il a été.
Ça pourrait aussi vouloir dire que tu as été une compagne formidable qui s’est énervée de temps en temps, ce qui t’a permis de devenir la personne que tu es aujourd’hui, consciemment engagée sur le long chemin du développement personnel et de l’évolution.
Mais le fait que tu n’aies pas toujours été aimable avec Morty n’a aucun sens qui soit gravé dans le marbre. »

Les nuages sombres qui obscurcissaient la perception que j’avais de mon comportement se sont dissipés et je me suis pardonné, comme je sais que Morty m’avait pardonné.
C’était vraiment miraculeux.

Donc, même si ce que vous vivez est profondément douloureux, ce travail sur les pensées issu de la méthode Lefkoe peut vous aider à le surmonter.
Je vous suggère de commencer modestement dans votre pratique de l’exercice. Commencez par l’utiliser sur une de vos petites frustrations du quotidien. Concentrez-vous sur un souci anodin, auquel vous n’aurez aucun mal à donner un autre sens. Peu à peu, passez à des choses plus importantes. Vous découvrirez que votre « muscle » pour éliminer le sens se renforce avec la pratique et que lorsqu’une grosse vague se présente, vous saurez la surfer au lieu de vous laisser submerger et entraîner.

La suite…

La plupart de vos réactions face aux circonstances de la vie proviennent de vos croyances limitantes et des schémas mentaux bien ancrés dans le subconscient. Éliminer ceux-ci est un défi majeur de votre vie. De toute vie.
La méthode Lefkoe propose un cours (en anglais) pour apprendre à éliminer nos croyances erronées.
Après avoir suivi le programme, vous serez aussi capable d’aider d’autres personnes à se libérer de leurs propres croyances, parfois en à peine 30 minutes.
Le programme rend possible un tel résultat par la pratique quotidienne et le retour que vous recevez de votre formateur.

D’autre part, sans apprendre la méthode, il est possible de prendre un rendez-vous avec un facilitateur de la méthode Lefkoe pour trouver des croyances dont il vous serait utile de vous libérer.

gabrielcarlo.fr
06 32 15 90 61

 

Bernard Clavière

Laisser un commentaire